mardi 11 septembre 2012

Le deuil de la femme et la gestion du mépris

Depuis quelques mois, je suis devenue plus macho et agressive que je ne l’ai jamais été. C’est mon amour qui me l’a fait remarquer. J’ai recommencé à sacrer comme jamais, je conduis de manière impatiente, j’ai des manières encore plus viriles que j’avais lorsque j’étais un homme. Bref je suis complètement chavirée. La cause en est simple et à la fois complexe. Je suis en train de faire le deuil de la femme que je ne serai jamais. Malheureusement, je serai une minorité visible pour le reste de mes jours. Ce statut en plus d’être visible, est aussi malheureusement risible pour une frange importante de la population.

 Cet été nous avons fait une croisière en Méditerranée. À chaque destination, ça allait vraiment bien. Mais sur le bateau, c’était l’enfer. Le personnel du MSC Splendida et les autres passagers étaient vraiment odieux et méprisants à mon égard. J’ai déjà appris à relativiser, à me dire que je ne sais jamais ce que les gens pensent, à regarder ailleurs ou à pratiquer l’aveuglement volontaire. Cependant, après un certain niveau de mépris, ces petits jeux mentaux ne fonctionnent plus. D’ailleurs sur le bateau, après un épisode particulièrement douloureux de mépris avec le personnel de bord, je suis allée déposer une plainte auprès de la responsable des ressources humaines du bateau. Après, on me traitait artificiellement aux petits soins. Je me disais que c’était mieux de vivre de la fausse délicatesse que de vivre du vrai mépris. Mais les autres passagers eux continuaient d’être outrageusement insolents.

 Dans les derniers deux ans, j’ai aussi vécu deux menaces de mort, des menaces à mon intégrité physique et de trop nombreuses insultes en ligne et hors-lignes, ici et ailleurs. J’en suis extrêmement blessée et l’un de mes mécanismes d’adaptation est d’être devenue agressive. Je me dois de réagir et d’analyser ça en profondeur pour ma propre stabilité psychologique et pour le bien-être des gens qui m’entourent. Je dois faire le deuil de la femme que je ne serai jamais et dans un processus de deuil, la colère est malheureusement la première étape. C’est encore très difficile de vivre sa différence au grand jour. On me parle souvent de la « rançon de la gloire », mais peu de gens s’imaginent le réel prix de cette rançon…

9 commentaires:

Looange a dit…

La différence fait toujours réagir. Je trouve ça dommage. Car alors que vous devriez être heureuse, les autres arrivent à gâcher ça ! Les gens méprisent malheureusement pour moins que ça, et jugent aussi pour moins que ça. Qu'est-ce que ça leur donne au juste ?

Bon courage !!!

Looange a dit…

P.s: je tenais à dire que ce que je connais de vous, par blog, tweeter, ect.. j'aime beaucoup en général vos réflexions et plusieurs personnes devraient penser comme ça. :) Lâcher pas ! :) Peut-être devriez vous penser aux gens qui vous aiment au lieu de focusser sur ceux qui vous aiment pas (je sais full facile à dire, mais c'est moins facile à faire !)

Marie-Ève Baron a dit…

Michèle, je te comprends!

J'ai la chance de passer assez bien et vraiment je te témoigne que c'est difficile quand je suis dans un milieu ou tous savent mon passé!

On va en parler haut et fort et dans 30 ans ça devrait être mieux!

xx On est dans la même game!
Marie-Ève

Anonyme a dit…

Peut-être que je suis dans le champ, mais il me semble qu'au contraire, vous êtes une femme. Le regard des autres, vous ne le verrez plus jamais de la même façon. Welcome in women's world.

Jo xxx

Anonyme a dit…

Peut-être faut-il que vous fassiez le deuil de la femme que vous ne serez jamais totalement, mais ne faites pas le deuil de la personne exceptionnelle que vous êtes devenue, d'une immense créativité, combative et remplie d'une énergie hors du commun. Certaines personns vou ont exprimé du mépris, mais pensez à toutes celle qui ont de l'admiration pour vous et vous trouvent belle et forte.

Harold a dit…

Le chiffre 11, un chiffre qui me hante. Je le vois partout et il me suit aussi partout. Cela ne peut être le fruit du hasard. Cela dure depuis mon enfance. C'est hors contexte mais je sens en même temps que cela ne l'est pas. Il y a quelque chose d'inexplicable qui se cache derrière ces deux piliers que forment les deux barres du 11. Il est possible que cela ne sert que d'indice, celui qui nous relie peut-être? Je ne sais pas mais il est là, à ma grande surprise. La différence est indiscutablement l'objet de toutes les bêtises humaines. Ta différence à toi, en plus relève de sujet tabou. Le sexe, la sexualité, le genre; le genre qui dérange l'esprit obtus des petites gens. Tu n'es pas seule Michelle. Tant de gens souffrent quotidiennement de mépris, de rejet par le simple fait d'être différent. En plus, si l'être différent ose prendre sa place, jouer du coude pour prendre la place qu'elle a choisie alors là, pas question! Les cas de figure sont nombreux. Je comprends un peu mieux qui tu es à force de m'immiscer dans ton monde, celui dont tu partages généreusement afin d'aider ceux et celles qui subissent cette forme de violence. Le monde des hommes (l'humanité) est sombre. Qui sait si l'enfer n'existe? Qui sait, si l'enfer ce ne serait pas ici? Je comprends. Tu as le droit au bonheur et ne laisse personne te dire le contraire. Je sais, tu le sais. Et cela fait mal quand même. Salut! Vive la différence!

Angélique a dit…

Quel monde de m.... nous vivons, il fait pitié.

Par contre, vous vous trompez, la femme (d'origine) transsexuelle est déjà une femme, car le simple fait qu' un corps accepte de se féminiser montre que la nature n' a en soi aucun àpriori. Le progrès scientifique rapprochera toujours plus la femme transsexuelle de celle qui l'est par défaut, et je vous laisse méditer la question, si vous ne l' aviez pas déjà fait avant : de qui, la femme transsexuelle ou la la femme qui se voudrait homme est la plus femme ? Beaucoup d' hommes hétéro pensent peut-être que c'est la seconde, qu' une femme ne peut pas vouloir devenir homme et que la première est une imitation; or s' ils étaient plus curieux de la diversité psychologique et surtout plus intelligents ils en pâliraient à découvrir une réalité qui n' est pas leur fantasme. Je pense que des choses changeront dans le monde et que la culture de la bêtise finira par s' écrouler sur elle-même, car s'est un édifice inutile. Pour ma part en France je participe à influencer ce changement de mentalités qui sera bénéfique pour chacun. Cordialement, Angélique

Angélique a dit…

Quel monde de m.... nous vivons, il fait pitié.

Par contre, vous vous trompez, la femme (d'origine) transsexuelle est déjà une femme, car le simple fait qu' un corps accepte de se féminiser montre que la nature n' a en soi aucun àpriori. Le progrès scientifique rapprochera toujours plus la femme transsexuelle de celle qui l'est par défaut, et je vous laisse méditer la question, si vous ne l' aviez pas déjà fait avant : de qui, la femme transsexuelle ou la la femme qui se voudrait homme est la plus femme ? Beaucoup d' hommes hétéro pensent peut-être que c'est la seconde, qu' une femme ne peut pas vouloir devenir homme et que la première est une imitation; or s' ils étaient plus curieux de la diversité psychologique et surtout plus intelligents ils en pâliraient à découvrir une réalité qui n' est pas leur fantasme. Je pense que des choses changeront dans le monde et que la culture de la bêtise finira par s' écrouler sur elle-même, car s'est un édifice inutile. Pour ma part en France je participe à influencer ce changement de mentalités qui sera bénéfique pour chacun. Cordialement, Angélique

Anonyme a dit…

J'appuie le dernier commentaire.
Vous êtes devenue une femme, d'une immense créativité, combative et remplie d'une énergie hors du commun. Certaines personnes vous ont exprimé du mépris, mais pensez à toutes celles qui ont de l'admiration pour vous et vous trouvent belle, courageuse et
forte.