lundi 2 juin 2008

De la difficulté

Certains jours, ça va vraiment très bien. Mais d’autres fois, il suffit d’un ou d’une imbécile qui fait exprès de m’appeler « monsieur » et ma bonne humeur chavire. Parfois, je trouve ça vraiment lourd d’êtres une transsexuelle. J’ai vraiment de la difficulté à me regarder dans les yeux des autres et à remarquer à quel point je ne suis plus « normale ». Je vois aussi les efforts incroyables de certains de mes proches et je suis triste de me savoir la cause de leurs chagrins et du deuil de « l’homme » qu’ils appréciaient. Récemment, j’ai rêvé que j’étais morte et je me voyais dans un cercueil à la morgue. Par la suite, je me disais que ce serait une belle mort si jamais je ne traversais pas l’opération FFS et si j’y restais. Mourir en dormant, ce n’est vraiment pas mal comme mort et souvent, je me suis dit que ce serait la plus belle des morts. Je ne serais donc plus un poids pour mon entourage et moi-même et je pourrais renaître en fille et avoir une vie normale et même avoir ces enfants qui me manquent tellement dans cette vie-ci. Puis je me dis que je dois avoir un « karma fucké » et que j’ai certainement à apprendre de cette épreuve que je n’ai pas souhaitée avec laquelle je me dois de composer au meilleur de mes capacités.

J’aimerais tellement dire toute cette douleur qui m’habite parfois et de ses souffrances que je crée aux autres. Mais je ne peux tout dire puisque d’autres personnes sont impliquées et que je me dois tout de même de conserver un certain décorum pour eux. Des fois, je suis vraiment vraiment fatiguée et triste de tout ce qui m’arrive, mais j’ai tout de même l’espoir de jours meilleurs…

P.-S.
Je vais faire mes préparatifs au cas où j’y resterais. Ainsi, tous mes contenus Web, ici et ailleurs, seront mis hors ligne après mon trépas et seront distribués et regroupés par la suite sous format papier. Les revenus potentiels de « mon corpus » iraient en totalités à l’amour de ma vie et lui permettraient peut-être de mettre un baume sur sa douleur…

5 commentaires:

Sandra a dit…

Un ptit mot d'encouragement, tu as tout mon support!

Mais ta nouvelle vie vaut la peine que tu la vives! Courage!

Michelle Blanc a dit…

:-)

Panthère rousse a dit…

Courage Michelle! Mais je ne sais pas si j'ai besoin de t'en souhaiter, tu en as déjà énormément. Je suis très impressionnée par tout ce que tu as fait, comment tu as pu changer complètement ta vie.

Tu étais au dernier Yulblog où je suis allée, je ne sais plus quand c'était, en mars peut-être, mais je ne t'ai pas reconnue. C'est-à-dire que je n'ai pas reconnu Michel Leblanc et que je ne connaissais pas encore Michelle Blanc. Je t'avais vue assise au bar et moi et une autre blogueuse (je pense que c'était Renée de En direct des îles), on se disait : «Tiens, on ne l'a jamais vue, cette grande femme. Une nouvelle blogueuse, sans doute.» Et c'est seulement après, en lisant des commentaires à propos du Yulblog, quelqu'un qui parlait de la plus grande surprise du Yulblog et qui mettait un lien vers ton blogue, que j'ai compris que c'était toi. En fait, je n'ai même pas compris tout de suite en lisant sur ton blogue. Je t'avais connu tellement macho (en apparence, du moins) que je me demandais si c'était une blague...

En tout cas, d'après les photos que j'ai vues, c'est vrai que tu es plus belle (selon moi) en femme qu'en homme.

J'ai délaissé mon blogue et je ne suis pas allée au Yulblog depuis un bout de temps, mais je vais bien y retourner un jour et j'espère avoir l'occasion de te rencontrer et de pouvoir faire connaissance avec ta nouvelle personnalité.

À bientôt!

Danièle la Panthère rousse

Frédérique Morel a dit…

Ouain...pas facile la vie de transexuelle...j'avoue.

Mais depuis que tu es Michelle, n'a tu pas connu des purs moments d'extase et de bonheur d'être ENFIN toi-même? Ne te sens-tu pas plus légère de vivre sans porter le LOURD fardeau de ton secret qui t'a tant causé d'angoisses, de stress, de souffrances. N'est-tu pas fière de voir ton corps changer et tes courbes s'arrondir??

Sois patiente...Dans les moments difficiles, je vendrais mon âme au diable pour avoir un seul mois de vie en femme à 100% 'normal' - SPM inclus - mais je me dis que ça viendra. Penses à tout le chemin déjà parcouru depuis un an... Dans les moments difficiles (et je sais qu'ils sont nombreux!!) ont voit le verre à moitié vide mais n'est t-il pas à moitié plein?

Tout n'est que perception... ajustes tes filtres! Dis-toi que dans quelques années, tout ça sera en arrière et tu reprendras une vie normale en paix avec toi-même et avec une nouvelle force intérieure que peu de gens ont...

Cette épreuve que tu vis, tu ne l'as pas choisi. Ce que tu fais, c'est par survie et au passage il est inévitable que certains de nos proches en souffrent (c'est vrai que ça fait mal).

Pour ce qui est de ta chirurgie, dis-toi que ceux qui prennent l'avion pour la première fois ont tendance à penser qu'il va peut-être tomber pendant leur vol mais statistiquement, c'est comme de gagner à la 6/49. La chirurgie n'est pas différente. Allez, sérieusement, tu ne vas pas y rester!!!

L'intervention ne sera probablement pas parfaite (quoique je te le souhaites!) mais dans quelques mois tu pourras marcher la tête haute en te disant; 'bon, là j'ai fais tout ce que je pouvais pour améliorer mon sort maintenant je dois m'apprécier'

Après tout, le bonheur c'est vivre en harmonie avec soi (arrête de regarder les autres et tenter de t'imaginer le pire de ce qu'ils pensent de toi). Je crois sincèrement que le bonheur c'est surtout la somme des petites choses agréables qui nous arrivent au quotidien. Il suffit d'être suffisamment alerte pour les reconnaîtres lorsquelles se pointent le bout du nez et savoir les apprécier .

C'est à toi de faire que tes jours meilleurs commencent dès maintenant...

Bon courage ;-)))

Michelle Blanc a dit…

On se verra peut-être demain chère panthère. Frédérique, comme je le disais en ouverture de billet "Certains jours, ça va vraiment très bien." Mais certaines autres journées, je voudrais bien mourir. Je ne me suiciderais certainement pas, mais disons que si le destin m'emportait, je n'en serais pas malheureuse. J’espère vraiment que ma FFS adoucira cette épreuve et que je pourrais avoir une vie « plus normale » après. C’est aussi vrai que je me sens bien avec moi-même comme je ne l’ai jamais été. Tous les gens qui me rencontrent en femme et qui me connaissaient avant remarque à quel point je suis plus calme, sereine et que j’ai l’air vraiment mieux dans ma peau. Ça me surprend toujours d’ailleurs. Mais en même temps, je vis aussi tous ces regards désapprobateurs et ces jugements constants et ça commence à être vraiment lourd à porter. J’ai vraiment hâte de passer à autre chose et de pouvoir déambuler dans la rue simplement, comme je le faisais avant, sans avoir à constamment sentir que je suis une marginale. Mais ne t’en fais pas. Les moments de détresses, les déchirements avec mes proches et les nombreuses larmes que je verse, font aussi partie de cette transition. Je vis le deuil et j’ai vraiment hâte que la naissance soit complétée…