mardi 16 décembre 2008

Vivre avec les stéréotypes sexuels

L’un des aspects négatifs avec lesquels doivent transiger les trans, est les stéréotypes sexuels « mentaux » dont on nous fait savoir que nous devrions adopter. Par exemple, si je suis trop directe, ce n’est pas assez femme. Si j’aime les voitures puissantes, c’est trop masculin. Plusieurs personnes bien intentionnées nous accablent de leurs préjugés sexistes. Pour notre bien, ils nous conseillent de faire plus de ceci ou moins de cela. Mais c’est qu’il y a des femmes très mâles et des hommes très féminins. Comme je suis entre les deux, pour l’instant, je ne suis plus homme et pas encore femme. On veut m’aider à m’accomplir et on me garroche continuellement les stéréotypes auxquels je devrais me conformer.

Je serai la femme que je serai et je fais d’énormes efforts pour ça. Mais avant d’être un sexe, je suis d’abord une personne avec ses goûts, ses attitudes et ses travers. Merci de m’aider et de vouloir mon bien. Mais avant de me dire des choses comme « une femme ne fait pas ça », assurez-vous que ce ne soit pas vos propres filtres sexistes qui parlent…

7 commentaires:

Isabelle a dit…

Ah! Voilà un sujet qui me turlupine depuis longtemps! J’ai souvent écrit là-dessus. Physiquement très féminine (whatever that means), on m’a souvent traitée de gars manqué. Les médias nous montrent des femmes issues d’un moule créé par eux à une époque révolue (ou une époque inventée). À nous de cesser de les croire.
Continuez de faire ce qui vous rend heureuse :-)

Cecile Gladel a dit…

ahh Michelle que j'aime ce billet. Tu es la personne idéale pour démontrer ce que je dis depuis longtemps. Qu'on laisse donc les gens être, simplement être peu importe leur sexe.
J'ai moi aussi été souvent traité de garçon manqué durant mon enfance...Imaginez l'impact sur la petite fille qui faisait simplement ce qu'elle préférait, c'est à dire jouer dehors, courir, s'amuser avec des voitures, les garçons, etc...
Je me sens tout à fait femme mais je préfére sortir le recyclage, faire la pelouse, poser des tablettes, conduire "comme un gars" et je déteste le ménage, la couture, etc...
Alors fait bien ce que tu veux :-)

Axel Mario a dit…

Je pense que chaque être humain a une part de féminité et une part de masculinité en soi. La société, qui aime bien que tout soit tout noir, ou tout blanc, a souvent un problème avec cet état de chose et réagit la plus part du temps avec un mépris qui blesse les êtres “hors normes”.

Une femme libre a dit…

Quelle réflexion intéressante. C'est quoi une femme? C'est quoi un homme? Quelles sont les caractéristiques supposément inhérentes à chaque sexe? À travers votre métamorphose, il est particulièrement intéressant de pouvoir jeter un regard neuf sur ce que la société attend des individus selon leur sexe. Je suis votre parcours avec un grand intérêt.

Anonyme a dit…

Bonjour Michelle,
j'espère ne pas t'avoir insultée en te disant que tu devras soulever ta jupe pour t'installer sur la banquette d'un Hummer. J'ai dit ça parce que mon mari a lui-même un gros pick-up et je dois retrousser ma jupe pour embarquer, ce que je déteste évidemment.
Amicalement,
Sylvie

un gars a dit…

Un appel au ménagement.
Pourquoi te ménager, l'identité sexuelle est une affaire si importante que l'on doit mettre des gants blanc immaculés?

Je trouve ton billet moralisateur.
Ta démarche pour trouver un confort dans l'identité sexuelle en est une difficile j'en conviens mais faire la morale, pas sur.

Les autres devraient faire ceci ou cela, dire ceci ou cela. Non j'embarque pas la dedans, ca fait trop politique. Ca touche pas mes cordes sensibles, ca me laisse froid.

Désolé, je suis sensible à ta souffrance mais la morale me glace le sang.

Michelle Blanc a dit…

@Anonyme, non j'aime ça soulever ma juppe :-)
@un gars, c'est quoi ton problème? À quel endroit vois-tu que je moralise? Ou je ne comprends pas quelque chose ou c'est toi qui t'agite pour rien. Que ça te glace, me laisse aussi froide...
Aux autres, c'est vrai que les stéréotypes à la longue, ça fait chier