mercredi 7 avril 2010

Encore un trou de cul anonyme

Hier soir j’étais au lancement du livre « Osti de fif » du copain Jasmin Roy. Lors de son discours, il ne put s’empêcher de verser quelques larmes en se remémorant pour l’auditoire, son adolescence difficile et l’homopĥobie quotidienne, voire ordinaire, dont il était victime. Or il existe encore des gens pour croire que les gais sont finalement acceptés dans notre société. Que le combat de l’acceptation est fini! Qu’il n’y a plus d’enjeux! Que le Québec est ouvert. Je crois qu’il y a eu en effet de très belles avancées, mais il reste encore beaucoup à faire. Étant devenue une sorte de symbole transsexuel, je reçus beaucoup d’amour hier. Mais hors de ces cercles presque élitistes, je reçois encore mon lot de regards douteux, de « monsieur » bien senti, d’insultes et même de menaces. Je me tiens debout, j’affronte et je dénonce avec vigueur. N’empêche que ça fait toujours un peu mal et que malgré tout l’amour que je reçois, et j’en reçois énormément, ce sont toujours ces petites crottes de merde de trou de cul trop poltron pour porter au grand jour leurs conneries, qui nous assaillent. Pour ce qui est des menaces de morts de mon néo-nazi, le dossier avance rapidement (c’est relatif disons) et des résultats concrets arriveront certainement. Entretemps, afin de vous démontrer que le chemin est encore à faire, je me réveille avec ce commentaire d’un trou de cul anonyme dans mon blogue michelleblanc.com.

Pas de Nom
96.20.183.234
Envoyé le 06/04/2010 à 23 h 38 min
Franchement, plus j’entends parler de toi, plus tu m’écoeures. Quand on nait homme, on s’assume homme et vice versa pour le contraire. A mes yeux, tu n’es pas une femme mais bien un homme qui se déguise et qui est aux hommes point.

Approuver Supprimer Modifier Modification rapide
Directrice des communications médias sociaux pour Stephen Harper, Premier ministre du Canada
48 #

12 commentaires:

Sophie Morency a dit…

Trou de cul est définitivement le bon mot...
pfff...

Pierre-Luc a dit…

Ce qui est plate, c'est que les bons mots de 10 personnes nous réconfortent mais ne nous affectent moins que les mots destructeurs d'une seule personne.

Anonyme a dit…

C'est facile de se cacher derrière l'anonymat afin de blesser les gens. Sois forte Michelle, des commentaires comme cela nous en recevons souvent à travers l'organisation des Célébrations de la Fierté.

Ce qui me choque le plus c'est que l'homo-trans-lesbo-phobie est plus surnoise que jamais! Pour nous, ça se manifeste quand on deal avec certains commanditaires, fonctionnaires, politiciens fédéraux, etc. Ces gens ne savent plus quoi inventer afin de nous mettre des bâtons dans les roues.

Avec tout ce que j'ai pu constaté cette année, et ce surtout aux USA et au Moyen-Orient, on peut affirmer que l'homophobie surnoise est présente plus que jamais...

Continuons fièrement le combat!

Eric Pineault
Président
Célébrations de la Fierté

Detoutetderien a dit…

Salut Michelle
J'étais écoutant à Gai Écoute et j'ai entendu pas mal d'histoire de petit gars qui ont peur. Je te supporte totalement et je suis même un peu jaloux de toi, de ta force et de ta détermination. Je suis toujours dans le garde-robe au travail et j'aimerais être aussi solide que toi. Tiens bon, t'es la plus forte!
Un petit commentaire positif pour compenser de celui de ton trou du cul
Passe une bonne journée

claudie a dit…

Ouf... il y a encore de chemin à faire... mais pourquoi laisser des gens comme ça noircir notre humeur. Cette personne ne vaut pas la peine, PAS LA PEINE.
Reste anonyme mon vieux, reste caché c'est mieux pour toi. Nous on continue

Sophie sexologue a dit…

Vous avez raison de vous insurger et il est vrai que l'homophobie est encore très présente.

Hier, je lisais un article à propos du lancement du livre de Jasmin Roy sur le site du Devoir. Ce qui m'a réellement choqué, c'est de constater qu'il n'y avait pas de modération à propos des commentaires homophobes sur leur site.

Je trouve aberrant de constater le manque de sérieux qu'ont certains médias dans leur implication quant à la lutte à l'homophobie, au sexisme et à toutes autres formes d'intolérances et de violences sociales.

Il ne s'agit pas ici de parler de censure, mais de responsabilisation des gens et de ne pas tolérer la violence, peu importe sa forme.

Sophie Morin, Sexologue-Consultante

mariefrancebeaudry a dit…

Plusieurs de nos choix sont souvent critiqués par les autres. Peu importe quels sont ces choix, l'important c'est de les assumer et d'en être fière. J'ai beaucoup d'admiration pour votre transparence et pour la manière dont vous assumez votre choix. Ça, personne ne peux vous l'enlever!

Anonyme a dit…

Tu vois, Michèle, je dirais pour toi au moins c'est une personne anonyme.
Quand j'ai lu ce vomi de parole j'ai cru entendre mon ex mot à mot. J'y ai droit régulièrement à cette tentative de destruction de ma personne. Comme toi je suis toujours debout et ma métamorphose progresse.
Bises, au plaisir de te revoir.

Isabelle.

Gen a dit…

C'est tellement loin d'être finis... Y'a eu du chemin de fait, mais la victoire n'est pas à nos portes.

Ma soeur (hétéro) se promenait l'autre fois avec une amie. Elle lui a pris le poignet afin de sentir son parfum. Un homme les a croisé et il a dit vraiment pas subtilement et avec plein de haine "Crisses de lesbiennes". Wtf. Ma soeur s'est sentie très mal pouvant imaginer comment les homosexuels peuvent se sentir quand ils sont jugés gratuitement...

Vickie a dit…

Quel dommage un commentaire aussi pathétique que celui-ci... Vivre et laisser vivre n'est-il pas plus simple? Pourquoi s'entêter à juger les autres? Ces gens n'ont-ils rien de plus important de leur vie que de juger celle des autres?

Je n'ai pas eu à recevoir ce genre de commentaire directement, mais parfois le silence et le regard en dit beaucoup. Accrochons nous à ce que la vie a de mieux à nous offrir et tentons (je dis bien tentons) de vivre de la manière ou nous nous sentons le mieux sans nous préoccuper de ces gens qui seraient prêt à laisser souffrir leur voisin plutôt que d'admettre qu'ils ont tord. Plutôt dénigrer que d'admettre qu'il y a des différences qui l'entoure.

Ces gens ne méritent pas notre attention et, en même temps, nous devons les dénoncer comme tu l'as fait, ça reste le seul moyen de combattre la transphobie et tous les autres mots dans la catégorie « phobie »!

Ce ne sont surtout pas ces commentaires anonymes qui font avancer la société! Ce sont des gens comme toi qui s'assument sans honte qui la font avancer.

Isabelle Picard a dit…

Bonjour Michelle,

Ma position sur l'homophobie est peut-être naive en tant qu'hétéro, mais je crois qu'on y gagnerait tous à adopter l'attitude que l'homophobie est maintenant presqu'inexisante, question de bien la marginaliser. Passer de "moi, je suis pas homophobe" à "de quel droit pourrais-je même avoir une opinion sur l'homosexualité?". Après tout, si je me déclare "cheveux-bruns-phobe" demain matin, on me trouverait folle et passerait à autre chose... C'est avec ces yeux-là que je vois le commentaire de Pas-de-Nom.

Bon courage!

Anonyme a dit…

J'ai cru,à tord moi aussi,qu'on était maintenant une société suffisament ouverte pour concevoir qu'il y a plus d'une façon de connaitre une sexualité entre adultes autre que le couple typique homme-femme.Malheureusement,j'ai cru vivre dans une telle société jusqu'à ce qu'un de mes amis homosexuel se suicide l'été dernier.

C'est malheureseuement une histoire comme on en entend souvent,c'est-à-dire que c'est à force de rejet,de son propre père et des autres,d'insultes à l'école,de jugements portés à tord envers lui qu'il en a eue assez et qu'il s'est enlevé la vie.Il avait 22 ans,le même âge que moi.Sa mort à été un choc parce que dans ma famille(mes parents et mon frère,et non la famille élargis,grands-parents,oncles.tantes,etc)Nous avons toujours abordés l'homosexualité ouvertement dans le respect de chacun et le respect de ses valeurs profondes.Mes parents gardent leur porte ouverte à la personne que j'aime et que mon frère aime,qu'il soit homme ou femme.Je suis hétérosexuelle mais je sais que s'il en était autrement,je pourrais le vivre au grand jour sans subir de jugement.

Tout cela pour dire que parce qu'il y a une acceptation totale dans ma famille,j'ai cru naivement qu'il en était de même dans toute les familles alors qu'il n'y avait qu'à regarder dans l'entourage de mon amis pour découvrir des exemples quotidiens d'homophobie à l'état pur.

Personne ne l'a tué,il s'est suicidé par lui-même,seul.Ce n'était pas une impulsion sous l'émotion du moment,et ce n'était pas un meutre.Pourtant,si chaque personne qui s'était moqué de lui pendant son enfance et sa vie de jeune adulte avait réfléchie à l'impact de ses mots avant de les dire,j'ose croire que mon amis serait encore vivant.

Alors même si vous devez vivre avec le regard des autres,même si vous avez souffert et souffrez encore de jugements,j'espère que vous et tout ces artistes (Joel Legendre,Dany Turcotte,Michel Jasmin et plus encore)continueront d'abordé les différentes formes de sexualités dans les médias et ne se tairont pas.Parce que beaucoup de jeunes ont besoin de savoir qu'ils ne sont pas seuls et que le bonheur est possible dans la différence.

Claudia C.
Montréal