jeudi 12 février 2009

Je pense devenir Bi

Ma Bibitte d’amour m’a déjà dit qu’elle avait peur que je vire aux hommes et que ça mette fin à notre relation. Je lui avais répondu que ce n’était pas le cas et que si jamais ce l’était, ça voudrait plutôt dire que je serai bi puisque mon attirance pour les femmes ne pourrait pas disparaître du jour au lendemain et que j’avais été attirée par les femmes toute ma vie et que jamais, en 15 ans de vie commune, je ne l’avais trompé. Alors, je ne voyais pas pourquoi ça changerait si jamais mes pulsions se modifiaient avec le temps. D’avoir des pulsions et d’agir sur elles sont deux choses très différentes. Toujours est-il que je remarque que mes rêves se modifient et que je note une attirance nouvelle pour la gent masculine. Je trouve ça vraiment étrange et il est clair que l’effet des hormones sur mon corps affecte aussi mon cerveau qui est l’une de ses parties. Il est aussi évident que les transformations psychologiques et sociologiques de changer de sexe m’affectent plus que je le croyais. Je découvre des pulsions qui n’ont jamais été là et ça me trouble un peu. Ce n’est rien de majeur et je suis toujours très attirée par les femmes sauf que maintenant, les hommes aussi commencent à me faire de l’effet. J’ai un grand besoin de plaire et leur flatterie me touche. Je continuerai donc de m’observer et de découvrir ces nouvelles facettes de ma psyché qui me surprennent beaucoup…

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut déterminer si c'est un désir de plaire ou si c'est de l'attirance physique pour la gent masculine.

Ça fait vraiment psycho-pop mon affaire, mais le propre de la femme est d'attirer et celui de l'homme de chasser. C'est basique et cliché....oui, mais vrai en même temps. Le fait de prendre des hormones n'est pas étrange à cette transformation fantasme.

Cela dit, peu importe le résultat, faut juste suivre le moment présent et ne pas se barrer à des principes noirs et blancs. Ya des zones de gris comme partout dans la vie.

Marie-Louise Gariépy a dit…

Je n'aime pas la vieille rengaine "l'homme est un chasseur et la femme est faites pour attirer". C'est très réducteur et ça met les hommes et les femmes en boîte. Moi j'aime parfois "chasser" les mecs. Ça ne fait pas de moi moins une femme.

Peut-être qu'en se libérant de toutes ses barrières, on finit par se sentir bisexuel.

Danielle a dit…

Mêmes inquiétudes que Bibitte pour ma part. Mêmes réponses de mon amour que les vôtres. Puis je me suis dis ''arrête de stresser'' on verra ou l'avenir nous portera...

Hélène Bouchard M.Fisc., Cga, CFe a dit…

Bonjour Michelle,

La personne que je connais qui a vécu une transition comme toi se disait au début lesbienne. Pour l'avoir cotoyée pendant plus de trois ans, je l'ai connu homme habillé en homme et très très malheureux, je l'ai connu malheureux habillé en femme au tout début, je l'ai connu encore moins malheureuse en femme qui se disait lesbienne.
Et la, il y a eu une phase de recherche et d'exploration. L'exploration de la femme en elle, de l'adolescente qui s'ouvre à sa sexualité et à la vie: le goût de se maquiller, de magasiner, de s'habiller sexy,de plaire, de montrer ses jambes ( qu'elle a super belles), ensuite le goût de fleurter, d'allumer des hommes, et je pense que les hormones ou les gênes ou autres ont fait effet, elle voulait un homme. C'est trippant et excitant ( ca doit être une question de phéromone, hormone ou autre mot en "one") pour elle que de séduire un homme.
Elle a vécu une phase lesbienne, une phase hétéro, une pahse neutre et maintenant elle est bi. Je dois souligner qu'il n'y avait et n'a personne de "régulier" dans sa vie qu'elle aime comme un conjoint.
Elle explore toujours, elle n'est pas encore heureuse et sereine, mais moins malheureuse qu'avant mais surtout elle se prend en main et vit ce qu'elle a à vivre car elle ne veut plus se sentir brimer par un corps, par des tabous, ou des valeurs des autres.

Michel a dit…

La bisexualité est la capacité à être attiré par l'érotisme que dégage une personne indépendamment de son sexe.

Comme si le sexe venait en second plan.

Pierre-Luc a dit…

C'est une transition qui vient de plus en plus complète.

Mais dans le 2e audio de votre passage chez Isabelle Marchéral, vous dites que vous n'êtes pas UN spécialiste. Vers la fin de la 9e minute :P

J'avoue que moi même j'aurais de la difficulté à faire la transition de tous les genres dans mon langage.

Pierre-Yves a dit…

Il en faut du courage pour plonger là-dedans. Vous avez une personnalité en béton ! La vie amoureuse est déjà compliquée quand le genre et l'orientation sont clairement établis (ou bien vous êtes inconsciente, mais je ne le croirais pas).