samedi 5 avril 2008

Mon premier transphobe

Vendredi dernier je suis sortie dans un bar lesbien du village gay de Montréal. J’ai grandement été surprise de voir à quel point les lesbiennes, incluant ce que l’on nomme les « butchs », sont tendres entre elles. Leurs gestes, leurs attitudes et leurs manières d’êtres, m’ont vraiment surprise. On ne voit pas cette tendresse dans les bars hétéros ou homosexuels masculins. Ce doit être une attitude typiquement féminine ou alors, ce n’est qu’une perception biaisée par mes hormones…

Toujours est-il qu’après la soirée, je me suis assise au comptoir du restaurant Le Club Sandwich, dans le Village gay. C’est alors qu’un abruti décida de me faire la vie dure et de me lâcher à la tête des conneries du genre :
Hey Madame Monsieur
Pourquoi veux-tu être une femme
Tu n’es sera jamais une!
Regqarde tes oreilles, ton gros nez ta pomme d’Adam, tes mains, tes pieds, ta grandeur et ta carrure d’homme. T’es folle ou quoi? Et patati et patata.
J’en fus tellement surprise, que je restais pantoise et en perdait tout mes moyens. J’ai une grande gueule et suis vraiment capable de me défendre verbalement ou même physiquement, mais là, je ne m’attendais tellement pas à me faire agresser de la sorte, dans le village et surtout par un gay, que je ne savais quoi dire. Cependant, maintenant que j’ai eue cette expérience, je serais mieux armé pour envoyer chier solidement le prochain qui osera me faire chier de la sorte. J’y ai pensé durant toute la semaine…

8 commentaires:

Intellex a dit…

Heureusement, l'esprit d'escalier vous aura préparé à ces espèces d'humains, eux également transgenres, en ce sens qu'ils ne sont ni complètement humain, ni totalement bestiaux, dépourvus d'empathie et emplis de préjugés.
Courage, Michelle.

Michelle Blanc a dit…

C'estg une intéressante manière de voir ça. Merci

Frédérique Morel a dit…

Ce qui est ironique est que la communauté homosexuelle s'est battue pendant des décennies pour reventiquer leurs droits, réduire la discrimination et favoriser l'acceptation sociale.

Pour une raison que je m'explique mal, il semble que ce soit particulièrement les Gays qui ont un comportement transphobe. C'est pas la première fois que j'entend une histoire semblable....

Allez courage et SURTOUT ne te laisse pas atteindre par ce genre de commentaires. Ces individus ne méritent pas qu'on rumine la situation une semaine, une journée, une heure, une seconde....

Michelle Blanc a dit…

Effectivement, il semble que ce soit les gays qui soient les plus transphobe. Quelle ironie...

Cleo Qc a dit…

A peu près la même ironie que les femmes qui peuvent être les plus sexistes de toutes...

Michelle Blanc a dit…

en effet

Frédérique Morel a dit…

Peut-être mon manque d'expérience de 'bitcheries' entre femmes et envers les hommes mais jusqu'à date, mes coming-out auprès de la gente féminine se sont passés beaucoup mieux qu'auprès des hommes.

Dans le coin des femmes de l'empathie, de la sympathie et même de l'entraide (dieu merci, nous avons bien besoin!). Dans le coin des hommes du questionnement, de l'humour (non-sarcastique en ma présence) et le sentiment d'une menace de leur virilité qui a parfois mené au rejet.

Michelle Blanc a dit…

C'est vrai que les femmes sont plus curieuses et plus ouvertes. Sauf pour mes sœurs! Mais j'étais le père de remplacement. Ça peut leur servir d'excuse. Il est certain que mes relations avec les femmes ont énormément changé, et de manière positive. Mais mes amis masculins ont aussi très bien réagis. Je n'en reviens tout simplement pas. D'ailleurs hier soir je prenais un verre avec deux d'entres eux et ils se chicanaient pour savoir lequel était le plus galant à mon égard. Vraiment surprenant et ça me faisait réellement plaisir. Ils me disaient aussi combien ils me trouvent plus détendue, souriante et calme. Ordinairement, lorsque G. Me faisais des compliments, je lui donnais un bine sur l'épaule. Là je lui fis une caresse (en blague) et il fut réellement surpris et nous en avons bien rie. Je suis heureuse d’être entourée de bons amis masculins et féminins. Ça compense pour ma famille qui me rejette et pour certains abrutis que je pourrais rencontrer. Ma transition se passe vraiment bien finalement…