samedi 4 avril 2009

Ce qui se passe dans la tête des gens qui m’interpellent

Encore bien des gens m’appellent « monsieur ». À chaque fois c’est comme si on me plantait un couteau dans le ventre. Hier j’étais avec Bibitte dans un resto du Mile-End, Le Tridici3 pour ne pas le nommer. Le serveur vient pour prendre notre commande et avant même que je n’aie le temps d’ouvrir la bouche il me dit « et pour monsieur ce sera? » Je lui réponds donc mon traditionnel oui « mademoiselle je vais prendre xyz ». Habituellement, je me fais à croire que c’est ma voix qui trahit mon ancienne masculinité, mais dans ce cas, c’était clairement autre chose. Bibitte me dit que c’est peut-être mes sourcils qui sont maintenant plus foncés que ma teinture blonde, mais disons que j’ai de gros doutes là-dessus. En fait, je ne sais plus quoi féminiser encore. J’imagine qu’après ma vaginoplastie, je vais me sentir encore plus femme et que mon « aura » irradiera des vibrations encore plus féminines. J’imagine aussi que l’effet des hormones va encore accentuer mes aspects féminins plus subtils comme ma silhouette et mes manières, mais bon, vais-je un jour y arriver?

La semaine dernière je vais sur une terrasse sur St-Denis. Une personne sort de l’intérieur et vient me voir toute nerveuse. Il me dit « excusez-moi de vous déranger, je sais que ça ne se fait pas, mais je veux vous dire à quel point je vous admire, pour vos blogues, pour Tout le monde en parle et pour tout ce que vous faites et pour tout ce que vous êtes ». Je le remercie sincèrement puis la serveuse prend notre commande. Puis à ma surprise, la personne en question est le suiteur de la place qui vient nous porter notre commande. Il donne le verre et l’assiette à Bibitte en lui disant madame puis il me sert en me disant « monsieur ». Je le reprends en lui signifiant que c’est plutôt madame, mais il me répond « Mais non moi je sais que c’est monsieur ». J’insiste pour qu’il m’appelle madame, ce qu’il fit avec un regard des plus perplexe. Puis je me mis à me questionner. Mais pourquoi cette personne qui dit m’admirer, qui dit lire mes blogues insiste t’elle pour m’appeler monsieur? Lorsqu’il dit qu’il sait, il sait quoi au juste? Bibitte et moi étions stupéfaites. Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête de ces gens. Ne voient-ils pas que je suis une femme? Ne comprennent-ils pas qu’il est plus délicat de m’appeler madame que monsieur? Si j’étais une travestie plutôt qu’une transsexuelle, ne serait-il pas tout de même plus judicieux de m’appeler madame que monsieur, surtout dans un contexte que ces personnes font du service aux tables et devraient vouloir avoir un bon pourboire pour le travail qu’ils font? Je suis vraiment perplexe et ai bien de la difficulté à comprendre ces comportements.

Je me suis aussi rendu compte que les personnes qui m’admirent ou qui me méprisent avec exagération réagissent en fait à quelque chose qui leur appartient et que je suis en fait le miroir grossissant de ces choses qui leur sont intérieures. Ma condition a pour effet d’augmenter ces zones inconscientes chez les gens que je peux rencontrer. Par exemple, quelqu’un qui me méprise exagérément est probablement très inconfortable avec sa propre sexualité et a peut-être une homosexualité refoulée. De comprendre ça m’aide à relativiser ces réactions diverses que des inconnus peuvent me faire vivre sur une base désormais quotidienne. Aussi, je ne suis définitivement plus quelqu’un d’anonyme et j’ai comme l’impression que ça risque d’être comme ça pour le reste de ma vie, au Québec du moins. J’ai d’ailleurs très hâte d’aller faire un tout aux États-Unis ou à Toronto ou ailleurs pour observer si ces diverses réactions s’estomperont…

10 commentaires:

JulieJulie a dit…

La première fois que je vous ai vu, je ne vous connaissais pas et je n'aurais pas su quel était votre genre. En fait, oui, je savais que vous aviez le physique d'un homme, mais qu'il ne vous convenait pas, puisqu'en fait, il n'y avait pas réellement de caractéristiques masculines. Toutefois, je n'aurais pas su dire monsieur ou madame, j'aurais évité en disant des gros "vous". Maintenant que je vous connais un peu plus par votre présence sur le net, vos différents billets et votre présence à TLMEP, je vous dirais madame avec plus d'assurance et beaucoup de respect pour vous. Je crois qu'il y a un énorme travail à faire pour que la population en générale soit à l'aise avec des gens comme vous. La sensibilisation et l'utilisation des médias permettera que les gens soient à l'aise de voir qui vous êtes réellement. Continuez à en parler, à dénoncer, à sensibiliser.

Pierre-Luc a dit…

Est-ce qu'une erreur de genre de la part du serveur peut entraîner une diminution du pourboire...?

Pour le reste, c'est comme ça dans la vie. 95% des gens sont conscilliants et 5% du monde se trompent. On a tendance plus à voir le 5% que le 95%.

Kate à Montréal a dit…

Le manque de respect de certaines personnes peut être tellement flagrant et sans doute, blessant. Si jamais je vous rencontre, c'est sûr que vous êtes Madame Blanc ! Je travaille dans le domaine des TIC alors on parle de vous à l'occasion, et un de mes collègues disait récemment "il ceci...", "il cela". Je l'ai repris, en disant "pas 'il' - 'elle'. C'est une femme, Michelle Blanc". Je ne suis sans doute pas la seule personne à faire ça...

Merci de partager votre vie de façon si ouverte - j'apprends beaucoup !

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup vos commentaires généreux et votre vivacité d'esprit.

Pour le reste... Femme, homme, martien, terrien, jeune, vieux, bonne, méchante, peut importe, n'est-ce pas ?

À force de trop vouloir coller d'étiquettes, on ne voit plus du tout la personne en face de nous telle qu'elle est vraiment, mais bien ses propres projections de l'esprit, comme vous le dites si bien...

Et pour ma part, j'aime beaucoup le vent de fraîcheur, le désir d'être heureuse que vous répandez autour de vous. Je vous admire beaucoup!

Anonyme a dit…

J'aimerais aussi saluer le courage (étymologiquement, la même racine que le mot « Coeur ») de votre Bibitte-Électrique de vous accompagner dans cette aventure peut-être déroutante et inquiétante, par moments.

Vous deux faites preuve d’un amour peu commun, qui va au-delà de la peur égoïste. C’est très inspirant… Merci…

Grande Dame a dit…

Tu crois que c'est de la mauvaise foi? De l'entêtement? Je ne sais qu'en penser, d'autant plus que la personne semble connaître grossièrement ton profil et ton histoire.

Pour ma part, il m'est arrivé il y a environ un an d'avoir eu affaire à une transsexuelle (c'était avant d'apprivoiser la dysphorie via tes écrits) et j'ai été réellement perplexe, ne savais pas s'il était moralement correct de m'adresser à elle au féminin plutôt qu'au masculin. Je me serais volontiers adaptée au féminin si j'avais su spontanément que c'était la chose à faire. J'ai plutôt joué habilement du vocabulaire en évitant toute référence au sexe.

Ton coming out, ta médiatisation soudaine a fait en sorte de démystifier cette condition et aujourd'hui je ne m'y tromperais plus, comme bien des gens j'imagine.

Au plaisir de te revoir.

Jennifer

Vickie a dit…

Plutôt effrayant de lire ça pour une personne en début de parcourt comme moi, puisque j'aurai à traverser ça. Mais quand même une information très importante.

J'aimerais pouvoir donner une théorie quelquonque sur ce qui se passe dans la tête des gens mais je n'y arrive pas. Il me semble si simple et naturel que, selon l'apparence que chacun se donne, assez évidente dans ce cas ci, qu'on se doit au minimum de tenter de le respecter...

Je me permets de vous remercier de partager cette expérience qui pourra être utile à toute personne dans la même situation. Et merci d'avoir été celle, qui par un simple geste, m'a convaincue d'aller de l'avant.

Vickie

Anonyme a dit…

La transphobie est quelque chose de tenace ! On est plus à l'aise socialement avec l'homosexualité qu'avec les ambiguités du genre. Et la pire ambiguité est celle du masculin-féminisée. Par exemple, Michel Dorais a démontré, dans sa recherche "mort ou fif" que ce sont les garçons effeminés qui sont victimes d'abus de la part de leurs pairs et ce, peu importe leur orientation sexuelle ! En fait, les garçons effiminés hétérosexuels sont pris à tort pour des gais ce qui explique les sévices qu'ils subissent de la part des autres garçons. Et évidemment, les gais effeminés sont traités avec un mépris et une violence sans nom.

Les filles masculines ou "tomboy" rencontrent moins cette violence de la non conformité au genre car le masculin est plus valorisé que le féminin dans notre société patriarcale (bien que je convienne que les femmes d'ici ont une égalité de fait avec les hommes).

C'est la même chose dans votre cas Michelle. Cette ambiguité masculine-féminisée fait réagir qui n'est pas capable de sortir des ornières dichotomique du genre. Ne cherchez pas ce qui vous distingue, ce n'est pas ça le "problème", de toute façon probablement que rien ne vous distingue. Le "problème" c'est que ces gens savent votre histoire et donc, d'où vous venez. Ils ne peuvent voir la femme dans un corps d'homme car ils ne peuvent voir qu'un corps d'homme qui est devenu une femme. C'est une logique binaire qui exclue tout ce qui n'est pas rose ou bleu.

J'ai une amie qui était transsexuelle (elle ne l'est plus maintenant qu'elle est une femme). Comme vous, elle se faisait appellée Monsieur lors de sa transition mais principalement par des gens qui connaissait son histoire. Comme si on voulait la punir de ne pas être "one of the boys", comme si elle trahissait, je ne sais pas, c'est curieux comme réaction...

Quoiqu'il en soit, moi je trouve que de de vivre sans masque, de vivre dans la lumière, d'oser être soi, c'est tout un cadeau qu'on peut se faire à soi mais également aux gens qui nous regardent et qui ont peur de franchir les barrières de leurs propres limites.
Mélanie

Frédérique Morel a dit…

Michelle,

j'apprécie tellement tout ce que tu fais pour démystifier la dysphorie et informer le grand public. Si je peux te rendre la pareille en te donnant mon avis sur cette situation alors ça sera déjà ça.

J'ai l'immense chance de ne pas vivre ce que tu vis malgré que je suis affligée de la même condition. Je suis systématiquement perçue comme il se doit, une femme.

Alors où est la différence? Je considère pourtant qu'il me reste pas mal de traits masculins au visage. La seule chose que je peux penser est que ta grandeur, ton gabarit peut amener cette confusion de genre. Ton visage n'est pas moins féminin que le miens. Nous avons d'ailleurs le même chirurgien! Ce doute doit possiblement se confirmer par ta voix qui est, soyons honnêtes, encore à travailler sérieusement. Pas autant le timbre que dans les intonations..la musicalité, et même le choix des mots...

Malgré que tu sois une femme, que tu t'habilles de façon très féminine si un étranger te perçoit dans le mauvais genre, il peut, par ignorance, t'appeler monsieur.

La voix féminine, c'est capital et je la travaille encore à tout instants. Je l'ai obtenue surtout en identifiant les différences fondamentales qui prévalent entre la voix d'un homme et celle d'une femme.

Alors bon courage !

La Belle a dit…

Bonjour,
Pour ce qui est d'utiliser le Monsieur ou le Madame, je suis plutôt d'accord avec Grande Dame et je serais portée à mettre cette erreur sur le compte de la perplexité, plus que sur le compte de la mauvaise foi. Ce qui n'excuse pas le geste, mais peut peut-être l'expliquer.

Ce qui m'a le plus interpellée dans ce billet, c'est lorsque vous soulignez le fait que les réactions des gens sont liées à quelquechose qui leur appartient. Je pense qu'effectivement, lorsque nos agissements, nos choix de vie font réagir les autres, c'est que quelquechose résonne à l'intérieur d'eux et que puisque plonger à l'intérieur de soi et se pencher sur la source du malaise demande beuacoup de courage, plus d'un choisissent la facilité et dirigent leur réaction vers le déclancheur. Votre réalité est certe, hors du commun, mais ce phénomène se manifeste aussi à plus petite échelle. Une fois qu'on est en mesure de décoder ces réactions il devient de plus en plus facile de ne pas se laisser heurter par des réactions innapropriées et blessantes. Enfin, mon humble avis...