jeudi 15 janvier 2009

Réponse aux connards qui sont contre le paiement par le gouvernement des opérations de changement de sexe

Je réagis ici à tous ces connards et ces connasses qui s’amusent à faire un procès d’intention et à créer une polémique autour de la nouvelle que le gouvernement payera pour les changements de sexe au Québec. Je n’ai pas le temps ni l’intérêt de faire le tour des tribunes téléphoniques et autre émission de télé ou on s’amuse à comparer la souffrance d’autrui et à justifier ou non le fait que d’être trans c’est un luxe qu’on devrait se payer plutôt que de faire souffrir de pauvres malades qui ont des souffrances bien plus atroces et que le gouvernement ne paie pas. La souffrance EST difficile dans tous les cas et je ne souhaite à personne de souffrir et j’aimerais bien que le gouvernement paie pour TOUTES les souffrances qu’elles soient physiques psychiatriques ou même psychologiques. Le problème d’accès est un problème de gestion administrative gargantuesque et de syndicats gourmands et de mauvaise gestion bien plus que ce n’est un problème d’identification de quelle maladie devrait être admissible ou pas. Mais ça, c’est une autre question.

Tout ça pour vous dire que je retranscris ici ma réponse à une polémique soulevée dans le forum (tenez-vous bien) Dans le ventre de maman (sic) où on m’interpelle directement (pour me défendre tout de même et me citer en exemple).

Comme on parle de moi ici, je me permets de répondre à votre discussion, même si je ne suis pas une maman, ce qui semble être le leitmotiv initial de ce forum. En outre, comme vous êtes des mamans, je suis surprise de remarquer la véhémence de vos propos à l'encontre du paiement des opérations de réassignation sexuelle. Vous seriez d'ailleurs surprise de savoir le nombre de téléphones et de courriels de maman de transsexuelles et de transsexuels que j'ai pu recevoir. Ces femmes qui sont aussi des mère sont désespérées de voir leur enfant souffrir et de constater à quel point il n'y a aucune ressource pour aider les gens qui sont aux prises avec cette condition. Et si c'était VOTRE enfant qui souffrait de cette dépression très sévère qu'est la dysphorie d'identité de genre?
Par ailleurs, on annonce en grande pompe qu’on va payer pour les opérations de changements de sexe sans fournir aux employés de la RAMQ les critères d’admissibilité de ce programme. Dans l’état actuel des choses, il n’y a qu’un psychiatre, pour tout le Québec, qui est habilité à signer les papiers reconnus par la RAMQ pour qu’elle envoie les trans se faire charcuter en ex-Tchécoslovaquie, qui sont reconnus pour botcher l’opération. D’ailleurs, le psy en question jouit de la réputation peu enviable de faire partie des 5 psychiatres qu’il est fortement suggéré de ne pas aller voir au Canada lorsqu’on vit avec la dysphorie d’identité de genre. D’ailleurs, si vous avez la chance extrême d’être accepté dans le programme, le gouvernement ne paie que pour la réassignation sexuelle. Il ne paie pas pour l’augmentation mammaire, la chirurgie de modification de la voix, la chirurgie de féminisation faciale, l’épilation et/ou l’électrolyse, les traitements hormonaux et les nombreuses dépenses à un changement de vie complet tel que l’habillement maquillage, perte d’emploie, de vie familiale, divorce, etc. associés possiblement à cette condition et à la perception négative et « freak » que les gens peuvent en avoir. Donc cette nouvelle n’est pas encore « un gros char ». Dans mon cas, si jamais j’étais éligible aux critères non encore énoncés par le gouvernement, la réassignation sexuelle me ferait épargner un gros $18 000. Sachez cependant que ma chirurgie de féminisation faciale m’a coûté $25 000, que la chirurgie de la voix en coûtera $3 000, augmentation mammaire $6 à 8 000, dentition $3 000, épilation laser à ce jour $3 000 et ce n’est pas encore terminé, psychologues (ça prend 2 diagnostics différents pour se faire opérer) à ce jour $3 250, hormones ($125 par mois depuis 14 mois et pour le reste de mes jours).
Je me compte vraiment chanceuse parce que je gagne très bien ma vie, que je peux défrayer ces coûts exorbitants et que je me considère plus chanceuse d’avoir une dysphorie que d’avoir un cancer fulgurant ou d’être paraplégique ou d’avoir une autre maladie très grave. Je ne m’apitoie pas sur mon sort, mais je reconnais que c’est une condition extrêmement difficile à vivre et que je ne la souhaite à personne. J’aurai tellement aimé être née femme ou homme et pas entre les deux. De plus, j’ai aussi été à de nombreuses rencontres de trans et ai été témoin de la souffrance de ceux et celle qui n’ont pas la chance que j’ai de faire du cash et qui se doivent de se prostituer, qui perdent leur emploie avec de très grandes difficultés à être de nouveau embauché, qui vivront continuellement entre les 2 parce qu’ils ne pourront jamais se3 payer les chirurgies nécessaires à en faire des personnes convenables socialement, que ça me rend très humble devant la grande chance que j’ai, malgré tout.

Ça me surprend aussi beaucoup de lire sur un forum de maman, des textes de mères qui n’ont pas plus de compassion pour la souffrance des autres et qui s’amusent à faire de la polémique facile avec la souffrance d’autrui. À vrai dire, ça me dégoûte et ça m’inquiète pour les enfants qui seront élevés par des mères ayant de telles valeurs…

15 commentaires:

XaV'S a dit…

Le changement de sexe est souvent mal perçu. Souvent, beaucoup de personnes associe le changement de sexe à l'homosexualité. Combien de fois on vois des homosexuels s' habiller de l'autre sexe.

Malheureusement le monde font un mauvais lien, du type « Un ours est poilu, mon père a du poil, donc mon père est un ours », et se mettent à dire que le fait de vouloir changer de sexe est un « powertrip ».

Et d'autres ne font que penser à leur porte monnaie. Du style « C'est pas de ma faute si t'es comme ça, c'est pas à moi (via le gouv) à payer ça ». Mais bon, souvent se sont c'est les premiers à attendre impatiemment leur chèque du gouvernement!

Mais bon, la société et les mentalités commencent à changer, bien que très lentement.

Je suis content de voir que le gouvernement a ajouté le changement de sexe aux opérations couvertes par la RAMQ. D'ailleurs, il faut savoir que ce n'est pas parce qu'un matin qu'on se lève et qui décide de changer de sexe qui peut le faire comme sa, sur le bras du gouvernement. Avant de passer au bistouri, il faut passer par un processus pour s'assurer que c'est pas un « powertrip » de porter des robes pour le fun mais plus parce que la personne a été mis dans le corps de l'autre sexe car c'étais backorder à shop des bébés au moment de naître ;)

Mademoiselle C a dit…

Bonjour Mme Blanc,

Ce message que vous avez lancé m'interpelle. J'ai la chance d'être née femme et de ne pas "être prise entre de chaises" en ce qui concerne mon genre. Je comprend la souffrance et je suis contente que la RAMQ paye enfin pour traiter la dysphorie des genres. Je dois dire que j'aurais aimé être psychologue (j'ai du moins le bacc) pour pouvoir aider les transexuels dans le besoin pour se faire opérer. J'aurais aimé être riche et créer un fond d'aide ou une ligne d'écoute pour prévenir le suicide... J'ai lu votre billet sur ce qui vous a empêcher de foncer sur un parapet à 150k/h... ça m'a touché aussi... Votre résilience m'interpelle.

Je crois que ce qui dérange le plus les gens, c'est qu'ils se sentent abandonnés dans leurs conditions difficiles, comme cet intervenant sur votre facebook dont le nom m'échappe... Il n'y a pas que la dysphorie des genres, mais ce n'est pas une maladie mentale, du moins pour moi... Il y a des ressources qu'il peut utiliser et s'ils ne le font pas, personne ne le fera pour eux. Vous vous êtes élevée pour parler de la dysphorie et non de toutes les maladies qui peuvent affecter le cerveau... Vous êtes humaine et vous avez aidez les gens comme moi à démystifier la chose. Votre soudaine popularité vous rattrape et il est maintenant facile de pointer le doigt...

Il est facile de juger quand on ne connait pas... Je ne suis pas uen sainte, mais j'essaye de comprendre avant de juger les gens et si ceux-ci ne se donnent pas la peine, c'est leur problème, pas le miens!

Continuez à rayonner Mme Blanc, vous le méritez et vous êtes magnifique!

Mademoiselle C!

Anonyme a dit…

Bonjour, je veux savoir.
Tu prétend être une femme dans un corps d'homme" et tu veux te faire opérer pour devenir "une vraie femme". Sauf que la seule chose que l'opération va faire c'est de te donner un FAUX corps de femme. Alors moi je me dis ça donne quoi? te voilà maintenant une femme dans un faux corps de femme. Me semble qu'une robe et du maquillage aurait suffit non?

Anonyme a dit…

Autre chose: comment peux tu dire que tu es une femme dans un corps d'homme quand le cerveau de l'homme est différent de celui d'une femme?
Tu as un cerveau d'homme voilà la vérité et la seule chose que tu fais en changeant de sexe c'est de réaliser un fantasme (détraqué) d'homme. Deuxièmement, c'est quoi l'importance dans la vie la forme de son sexe? T'as pas des préocupations plus importantes que ton cul dans la vie?
Moi si on mettait soudainement mon cerveau dans un corps de femme, je dirais bon faut que je m'habitue mais ça changerait pas ma façon de penser ou mes interets dans la vie.
Un corps c'est secondaire cibole!

Michelle Blanc a dit…

@Anonyme
Moi je ne prétends rien et j'ai le courage de mes opinions et je ne me cache pas derrière un anonymat de lâche. Je vis, je suis, je souffre et je me soigne. Prend le temps de lire ce blogue depuis son début et peut-être que tu va comprendre des choses qui t’échappent encore. By the way, une robe et du maquillage par 32C sur le bord d’une plage, suis pas certaine que ce sois très approprié. Les spécialistes disent qu’il est plus facile de changer le corps pour qu’il corresponde au cerveau que le contraire qui est impossible (après plus de 50 ans d’expertise scientifique sur le sujet incluant les électrochocs, la psychanalyse et tout le bataclan thérapeutique imaginable). Une femme dans un faux corps de femme c’est encore mieux qu’une femme dans un corps d’homme qui te donne des maux de têtes interminables, de l’insomnie et autres troubles de l’humeur et psychologique très grave. Un amputé préférera avoir une fausse jambe et pouvoir marcher que de se promener cul de jatte avec des briques entre ses mains. Si tu ne peux pas comprendre ça bien cou donc, je te souhaite de continuer ta vie dans ton petit nuage rose qui t’offre le loisir de juger de la souffrance des autres en te cachant derrière la couillardise de l’anonymat…

Anonyme a dit…

Écoute, moi la souffrance je comprend ça. Je suis un homme mais j'ai toujours eu un corps laid.
Les filles je leur donne le mal de coeur et les gars me ridiculisent. Toi tu es chanceux(se)j'imagine que ta vie est une orgie continuelle, en tout cas comparée à la mienne.
Tu vois il n'y a pas de groupes de pressions pour les gros gars laids poilus. Donc je ne perdrait même pas mon temps à demander une chirurgie payée par l'état, tandis que toi et tes semblables vous avez les médias de votre bord.
Moi j'ai rien contre ton opération mais la seule chose qui me dérange c'est que je dois travailler pour payer ton opération qui se fera en clinique PRIVÉE en plus. Tsé en plus y'a une crise et les gens attendent des mois pour se faire opérer du CANCER. T'a pas une petite gêne à quelque part pour tous le petit peuple qui ne passent pas à TLEP?

Michelle Blanc a dit…

Dans ta conception déficiente de ce qu'est la dysphorie d'identité de genre tu as l'air de croire que c'et un trip de cul ou un fantasme de détraquée. Je suis maintenant castrée chimiquement et n’ai pas eu de sexe depuis bin bin longtemps. Ma situation est très loin de l’orgie que tu t’imagine et le sexe n’as ABSOLUMENT rien à voir avec la condition de trans. Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement n’a pas dépensé une cenne pour les diverses interventions que JE me suis payé et si le gouvernement se décide enfin à payer une très petite part des coûts totaux de ce que ça coûte d’être pogné avec ma condition, j’applaudie chaudement et je n’ai aucune gêne à ça. Que d’autres personnes souffrent, je suis très au fait de ça et dans ma vie je fais bin des choses pour les aider comme par exemple, la guignoleeduweb.org qui se termine demain, qui ramasse du cash pour les petites gens et dont je ne touche absolument pas une cenne. Oui je suis passé à TLMEP et j’ai utilisé cette visibilité pour faire le plus de bien possible aux autres. Toi à part de bitcher et de te plaindre que tu es moche, tu as fait quoi dans ta vie pour réellement et gratuitement aider les autres? Et puis les médias sont de notre bord? Tu n’as certainement pas écouté les mêmes émissions que moi ou on se fait un malin plaisir à monter des polémiques futiles à propos des transsexuels (elles). By the way, il arrive que les plus virulent opposants aux transsexuels et aux homosexuels soient souvent des homosexuels refoulés…

Anonyme a dit…

Fâche toi pas on fait juste discuter.
Sérieusement, fais toi poser des seins si tu veux et tu va avoir l'air d'une femme. Mais ça va te donner quoi au bout de la ligne de te faire poser une noune en rubber?
C'est ça que je suis pas capable de comprendre.

Lola a dit…

Je pense qu'il n'y a pas que l'aspect du corps qui rend une perosnne laide, il y a aussi le mental. Et quand le mental est laid cela ne facilite pas le rapport avec les autres. Mais le mental peut évoluer dans un bon sens, le corps c'est plus difficile. Et cette évolution peut rendre beau aussi vis à vis des gens, et c'est le plus important au final, car quand on sera vieux, on sera tous laids. Donc il faut compenser avec un bon mental.
Ce qu'il faut comprendre par rapport aux opérations : pour un transexuel l'apparence d'un corps femminin permet de mieux vivre dans notre société où seuls les hommes et les femmes sont reconnus. Cela permet de se fondre dans la masse. Le but recherché, en général, n'est pas d'être une bimbo, mais d'être au moins comme une femme passble. Devenir une bimbo ne le permet pas cela.

Eve a dit…

Ouf, c'est désolant de lire les commentaires de Anonyme ici... Mais coudonc, il y en aura toujours des gens comme cela sur terre hein?

Juste une petite note pour dire que la conversation a continué sur DLVDM. Je vous invite à vous y rendre si vous ne l'avez pas déjà fait. Vous allez pouvoir y constater que l'on ne peut pas toutes mettre toutes les mamans dans le même panier!

Michelle Blanc a dit…

@Eve
J'y suis allé et ce que j'y vois me réconforte. Merci. Toutes les mamans ne sont certes pas dans le même panier, toutes les trans n'ont pas la même chance et la même histoire et tous les connards sont souvent des personnes tristes qui souffrent encore plus que ceux qu’ils agressent. La vie n’est pas facile pour personne et si je peux aider, habituellement je le fait. Ce serait tellement mieux si on faisait tous ne serait-ce que l’effort de compréhension et d’ouverture…

Anonyme a dit…

Chère Michelle j'ai lu ta réponse à ces connards et tu as très bien répondu.

Je crois cependant qu'il ne sert à rien d'aller plus loin dans les réponses puisqu'il semble que malheureusement le mot "compassion" ne soit qu'un mot du dictionnaire sans aucune signification pour certaines personnes. Que même des femmes puissent tenir des propos comme ceux que j'ai lu dans certains commentaires me surprends beaucoup mais "que voulez-vous" il semble que l'absence de compassion et d'empathie n'ait pas de sexe…

Un des commentaires parlait de "noune de rubber". Ah ce qu'il faut être con (et mal informé) pour écrire une telle chose ! Je n'en reviens pas et je crois que ça ne vaut pas les peine de discuter avec des ignares sembles.

Merci Michelle pour tout ce que tu fais. Ton blog est vraiment super ! Je ne le connaissais pas aller jusqu'à il y a quelques semaines et je l'ai trouvé par hasard en faisant des recherches sur le net mais maintenant je le visite presqu'à tous les jours.

Nancy

Pascale-Anne a dit…

Alors là, les gens parlent à travers leur chapeau, faute de connaissances et d'ouverture. Le transsexualisme existe depuis que le début des temps. Je suis une personne transsexuelle et je suis née comme ça, et l'origine vient avant la naissance, dans le ventre de la mère. Ce n'est pas la faute de la mère, c'est d'origine neuro-biologique. C'est naître handicapé ! C'est comme aller reprocher à un handicapé son handicap, bordel ! Il s'agit d'un débalancement hormonal lors de la gestation du fétus. Le cerveau se masculinise ou se féminise, à l'encontre du reste du corps qui lui demeure apparemment normal socialement. Plusieurs études scientifiques ont étés menées sur plusieurs sujet trans, homme ou femme. Donc, le sexe psychologique diffère du sexe entre les deux jambes. Le sexe psychologique l'emporte, et c'est plus fort que tout. Le fait pour les trans de changer de sexe est purement une demmande de réharmoniser son corps à son esprit. Sachez que ces personnes n'ont pas demmander à naître ainsi, ce qui engendre de l'incompréhension, du rejet, des dépressions, des suicides, ainsi qu'une énorme souffrance psychologique et physique. Nous sommes en 2009, bienvenue compassion et ouverture, laissez vos préjugés de côtés ! Et si c'était votre enfant qui vivait cette situation ou encore un de vos proches ?

Pascale-Anne

Anonyme a dit…

Bonjour je ne suis pas d'accord a ce que la RAMQ paye l'opération . Lorsque l'on est rendue a cette étape de l'opération àpres une thérapie . on est a même de décider si oui ou non on se fais opérer.Ce n'est pas l'argent qui nous arreteras. Moi j'ai prie mes REER et je suis transsexuelle.Le gouvernement n'aurai pas du le dire car c'étais déjas accepté par la RAMQ. C'est le manque de ressource qui est importante Psychologue et sexologue compétante qu'il faut.
Tania

Tania a dit…

Je ne suis pas d'accord a ce que la RAMQ paye pour l'opération.Ce n'est que de la poudre aux yeux .Si ils ont accepté de changer pour être opéré à Montréal c'est surtout qu'en République- Chèque leurs opérations n'étaient pas réussi .C'est encore pour Montréal et c'étais déjas accepté par la RAMQ. ILs n'aurais pas du le dire. Sa ne fais pas avancer les choses car ce qui est primordial est d'avoir plus de ressources comme psychologues et sexologues. compétantes en transsexualisme. Moi-même je suis transsexuelle et opéré. J'ai fais le choix de prendre mes REER. pour tout sa opération . thérapie , épilation. Ce n'est pas une question d'argent lorsque l'on est rendue a cette étape de l'opération.S
Tania